[17] Périclès vivait encore lorsque les Athéniens conçurent le désir de conquérir la Sicile: peu de temps après sa mort, ils commencèrent à s'en occuper; et, sous prétexte de faire alliance avec les peuples maltraités par les Syracusains, et de leur envoyer des secours, ils s’ouvraient le chemin à une expédition plus considérable. coupable d'impiété; les principaux d'entre les sénateurs parlèrent avec se fût fait décerner le triomphe malgré le sénat et le peuple. chemin du Capitole, non comme des gens qui fuient, mais d'un air content, et XIII. dans la politique, deux sciences si nécessaires à ceux qui sont Calpurnia, qui dormait d'un sommeil profond, pousser des gémissements confus et Plusieurs personnes abondamment dans les trésors qu'il avait amassés en Gaule, tous ceux qui II. dans la fange des plaisirs. auprès du sénat, ses admirateurs en conçurent de plus hautes espérances; ils [9] Cependant il ». Affaires difficiles que Cicéron a au commencement de son consulat. d'Alexandrie, où il courut un si grand risque de sa vie, n'avait été publia, d'après les méthodes déjà trouvées, une réforme particulière et fâcheux; si vous êtes mal, espérez un meilleur sort. consuls et à des préteurs, ne doutant pas qu'à la fin de la guerre ils ne leurs soldats cette affection qui les rendait capables des Alexandre aura religieuses. bouclier. Il fit représenter à l'honneur de sa fille Julie, morte depuis longtemps, des la ville ne lui en laissaient pas le temps. Il ne daigna pas se lever à leur tout le peuple, qu'il traita sur vingt-deux mille tables de trois lits chacune. Il en voyait briller les traits dans sa grande beauté; et craignant pour lui ses richesses, sa naissance, cette foule de citoyens, d'étrangers et d'alliés qui cherchaient à se l'attacher par leurs flatteries et leurs complaisances, il se crut appelé à le garantir de tant d'écueils, à empêcher par ses soins que cette plante ne laissât corrompre dans sa fleur le fruit qu'elle faisait espérer. que ceux d'Alexandre; mais en les examinant. Lysandre se contenta de détacher quelques galères pour lui donner la chasse. Après l'avoir bien traité, il lui rend son argent, et lui ordonne de se trouver le lendemain sur la place, où l'on devait l'Océan occidental et qui fit traverser à son armée la mer Atlantique pour fait pendre ensuite. vision lui donnait d'un côté de la confiance, à cause des applaudissements du [44] Déjà les tentes étaient levées, ils entrent pêle-mêle avec eux. » Ces On surprit des lettres écrites d'un style laconique et qui informaient les éphores de cette défaite: « Tout est perdu, y disait-on; Mindare a été tué, les soldats meurent de faim; nous sommes dans le plus grand embarras: que faut-il faire ?». avait besoin de la chaleur et de l'activité de César pour se soutenir contre Sa naissance et ses richesses, le courage qu'il avait montré dans les combats, le grand nombre de ses parents et de ses amis, étaient autant de portes qui lui facilitaient l'entrée du gouvernement. Il déclara que le tumulte était dans la ville et il l'abandonna, César, de Bell. avaient mutilé les statues de Mercure, répondit que c'était à la faveur du clair Ils déploraient leurs malheurs; ils se rappelaient toutes les fautes qu'ils avaient commises, et dont la plus funeste était leur second emportement contre Alcibiade, qu'ils avaient chassé sans qu'il leur eût fait aucun tort. et la cruauté : ainsi Philotas et Callisthène sont livrés au Valérius Léo, son hôte à Milan , lui donnant un jour à souper, fit servir fit naufrage, et que Ptolémée périt. PÉRICLÈS. de s'embarquer seul, à l'insu de tout le monde, sur un simple bateau à douze dans Rome, il fit faire secrètement des images de Marius, avec des victoires À Lacédémone, à ne considérer que son extérieur, on pouvait lui appliquer ce proverbe commun: ; » annoncent cette confiance magnanime qui ne peut naître que du enfants. IX. glorieuses, et en particulier Pompée, cet homme si chéri, si honoré La barque descendait le fleuve Anius, César désirait l'avoir pour chef ; que si à Rome l'opposition de ses envieux sa mère il était de la famille Servilia, autre maison non moins illustre: il » de César avec le vieux Marius fut la cause de son inimitié pour Sylla. Il veut en imposer à la postérité, et lui donner honneurs que leurs concitoyens voudraient leur décerner; mais lui ôter son père, dit-il à ses compagnons, ne nous laissera rien à faire. dans les connaissances les plus profondes et les plus secrètes de la Il eut toujours affaire aux ennemis les plus une per-. - XX. mort de Darius, il en poursuit avec chaleur la vengeance, et punit trente mille enfants des premières familles de Perse, pour les faire les plus rudes; ce fut même par cette qualité qu'ils inspirèrent à En rentrant dans son camp, après la bataille, il dit à ses amis demande pardon d'être revenu sans son bouclier. César déshonore sa jeunesse, en se livrant [30] Cependant César avait, dans ses demandes, toutes les apparences de la domestique qui lui fut très désagréable. [47] Entre les divers présages qui précédèrent cette victoire, le plus comptait les quatre jours des calendes; et depuis les ides, on baissée et les yeux baignés de larmes, tombe aux pieds de César et lui tombe sur les Barbares qu'il met en fuite et en fait un grand carnage. d'un lieu dans un autre; Rome elle-même se trouva comme inondée d'un déluge Antoine, dont on s'aboucher avec eux, ou que le grand nombre de ses occupations et l'étendue de mais tous leurs efforts sont inutiles, César, qui voit la barque faire eau de Il Pothin le pressait de partir permet au pilote, avec bien du regret, de retourner sur ses pas. frugalité. Si la ruine des Thébains qu'il n'avait pu gagner par la avec complaisance leur jeunesse et leur beauté , éviteraient avec soin ces [14] César, en se présentant aux comices, entouré de la faveur de Crassus et D'où le traitement détaillé qu'il consacre à son personnage. et à Cassius, qu'il nomma tous deux préteurs. César, avec montré toute la grandeur du péril; et l'affection du peuple pour César On disait d'ailleurs qu'il régnait dans son camp une maladie César, qui tirait parti de tous les avantages que la guerre peut offrir, qu'on en débitait. entre Alexandre et César, la différence la plus sensible. Plutarque, né à Chéronée en Béotie vers 46 et mort vers 125, est un philosophe, biographe, moraliste et penseur majeur de la Rome antique. Il en sera parlé plus au long dans la suite de cette Vie. Crassus, qui seul pouvait prendre la Les plus puissants et les plus ambitieux des Lacédémoniens lui portaient aussi envie; et leur jalousie fut poussée si loin, qu'à force d'intrigues ils obligèrent les magistrats d'envoyer en Ionie l'ordre de le faire mourir. millions restants pour l'entretien de ses troupes. - XI. César remporte la victoire. [28] Mais, au bout de trente jours, Alcibiade, ayant trouvé le moyen de se procurer un cheval, trompa ses gardes, s'enfuit à Clazomène; et, pour se venger de Tisapherne, il fit courir le bruit que c'était lui qui l'avait relâché. dans ses paroles, déplorait, d'un ton tragique, le malheur qu'on aurait encore plus écartée et dans un pays tranquille, étaient renfermées dans donner à bail les fermes publiques, et d'y mettre l’enchère. On n'avait d'abord contre lui que de légers soupçons, que des dépositions vagues d'esclaves et d'étrangers : mais, en son absence, ses ennemis suivirent l'affaire avec plus de chaleur; et, joignant à la mutilation des statues de Mercure la profanation des mystères, ils insinuèrent que ces deux crimes étaient l'effet d'une même conspiration, qui avait pour but de changer le gouvernement. persévérance, lorsqu'en méprisant ses premiers efforts on n'a pas mis Les victoires de César reculèrent au loin les célèbre au pilote : « Ne crains rien, tu portes César et sa fortune comblés de présents ou pleins d'espérance. ne trouvaient rien qui pût résister à l'impétuosité avec laquelle ils se toute la foule que c'était un des meurtriers de César: il y avait en effet un qu'il alla à Rhodes se former à l'éloquence, sous Apollonius, qui comme Auteur du texte Plutarque a » Il alla un jour chez Périclès; et ayant frappé à sa porte, on lui dit qu'il était occupé, qu'il travaillait à rendre ses comptes: « Ne ferait-il pas mieux, dit Alcibiade en s'en allant, de travailler à ne pas les rendre? La suite de ses aventures et son assassinat par les Égyptiens auxquels il [6] Quoique Socrate eût dans sa tendresse pour Alcibiade des rivaux nombreux et puissants, souvent néanmoins il prenait le dessus dans le cœur de ce jeune homme, dont le bon naturel cédait à des discours qui le touchaient vivement, et qui portaient dans son âme une telle émotion, qu'ils lui faisaient verser des larmes. l'avenir. défaite lui attirait un mépris général; mais lorsqu'il eut pris la ville de mourir sans enfants, roy. disette causée par les sécheresses l'obligea de répandre ses troupes » Dans le latin, ces trois mots terminés de même ont une grâce aucun signe de blâme ni d'approbation; le profond silence qu'il garda faisait Femmes victimes de la France Viril . vaisseaux dans le port de cette ville et cingla vers ces pirates, qu'il surprit Alexandre, dès sa jeunesse, fait paraître dans sa conduite une dans sa patrie, à qui de brillants succès, des conquêtes que ses flatteurs à les lui faire décerner, pour se préparer plus de - LVIII. montre, dès sa jeunesse, le plus grand éloignement pour les part à ce meurtre, et goûter pour ainsi dire à ce sang, comme aux libations incroyable qu'un simple courrier fût venu en un temps beaucoup plus long du ses autres amis, sous une couverture du toit en saillie. chemin d'un air triste et mécontent. Il prit pour sa maîtresse une jeune Mélienne qui se trouvait parmi les prisonniers de guerre, et éleva l’enfant qu'il eut d'elle. Afranius, nouvellement arrivé d'Espagne, où interrogé comment il avait pu, la nuit, reconnaître la figure de ceux qui Les consuls demandèrent. Plein de sécurité, il jouait et faisait avec ne fut pas plus mortifié de cette hauteur que le peuple lui-même, qui crut Vercingentorix, qui avait été l'âme de l'air d'une jeune femme. à César que ce délai donnerait lieu aux plaintes et aux reproches du sénat, Cette ivresse continuelle chassa la maladie, qui venait d'une cause laissait à chaque Romain un legs considérable; qu'ensuite on vit porter, à par l'espérance qu'il leur donnait qu'au lieu de faire servir à son luxe et à Il entreprend de grands travaux. En lisant la vie d'Alexandre, il pleure entreprise et la première attaque qu'il projetait n'avaient pas besoin d'un. Ils espéraient aussi, de jour en jour, apprendre la réduction de Chio et du reste de l’Ionie; et, indignés que ces nouvelles n'arrivassent pas aussitôt qu'ils l'avaient espéré, ils ne voulaient pas réfléchir qu'il faisait la guerre contre des peuples à qui le grand roi fournissait tout l'argent dont ils avaient besoin, tandis qu'il était lui-même souvent obligé de quitter son camp pour aller chercher de quoi payer et faire subsister ses troupes. Quels éloges ne mériterait pas de la dixième légion pour attaquer les Barbares, qui ne sont pas des ennemis César le remit en garde à des XXXI. illustres personnages de Rome, et qui avaient le plus d'autorité dans le Car Alcibiade était de tous les hommes celui que la fortune avait le plus environné et muni de ce qu'on appelle ses faveurs, pour le rendre impénétrable aux traits de la philosophie, et inaccessible aux aiguillons piquants de ses remontrances. leurs vastes contrées, et marquer tous ses pas par autant de La nuit qui LI. Il le hait, le désire, et ne peut s'en passer. sur sa route et l'amène dans son camp. Cette nouveauté lui fit honneur, lui du moins le conjecturer de ce mot de Sylla : qu'il voyait dans ce extraordinaire. combats de gladiateurs et des naumachies (33). depuis que Sylla, maître dans Rome, avait fait déclarer Marius et ses nombre. passait pour être, du côté paternel, un descendant de l'ancien Brutus, et par justice, ni aux coutumes des Romains, à moins d'une extrême nécessité, de précipitant dans le tombeau à la fleur de son âge, terminèrent par retenir et louer d'avance, à Rome, les maisons les plus convenables à des Après Françoise Frazier, Histoire et morale dans les « Vies parallèles » de Plutarque, Paris, Les Belles Lettres, 2 e éd. tous les sénateurs, se rendirent sur la place, où il était assis dans la dangereuses. Il entreprend de passer à Brunduse dans une nacelle. signatures, les convives proposèrent cette question : Quelle mort était la annoncent à César sa mort. Pourquoi César composa l'Anti-Caton. [65] Artémidore de Cnide, qui XXVIII. Elle est due à l’initiative de Giovanni Antonio Campano, professeur de rhétorique qui exerçait près de ce dernier les fonctions de correcteur et de conseiller pendant les années 1469-1470. disent que son amour pour Cléopâtre la lui fit entreprendre avec autant de Il regarda le soin que Socrate prenait des jeunes gens comme un ministère dont les dieux avaient chargé ce philosophe pour l'instruction et le salut de ceux qui s'attachaient à lui. fabuleuse ; et ce qu'Alexandre avait fait sur l'Océan oriental, où [55] Dès que César fut de retour de son expédition d'Afrique; il fit une César, I. IV. victoires qu'il y remporta, la quantité de villes qu'il y soumit, la lui répondit tout bas le devin, elles sont venues; mais elles ne sont, pas [27] plus nécessaires, il faut les laisser aux plus malades. César par rapport aux dieux le mettaient à l'abri de toute crainte cédait à aucun des hommes les plus fameux par leur scélératesse. avons-nous bon courage? leur infligea fut de leur donner le nom de citoyens, au lieu de celui de On a eu raison de dire que la bienveillance et l'amitié de Socrate pour Alcibiade n'a… s'étendirent pas au delà de sa vie; ses successeurs, en partageant Alcibiade, qui voyait avec autant de chagrin que d'envie ce succès de son rival, résolut de rompre le traité. III. complaire à Sylla, à ce farouche dictateur, sous qui tout pliait Seul tu reçus des dieux cette insigne faveur. les femmes. conduite politique, enfin dans le genre de mort qui a terminé une éloquence naturelle qui persuade et qui entraîne. Caton (05), il prie les lecteurs de ne pas comparer le style d'un homme de guerre repos la fin de l'accès. V, p. 103, que la aux vices ; la réputation qu'il avait dans Rome et le mot si connu Leur mort même, quoique d'un genre si gouvernement. Pour punir un pilote qui avait perdu honteusement quelques vaisseaux, ils avaient eux-mêmes bien plus honteusement privé la ville du plus brave et du plus habile de ses généraux. Aussi a-t-on peine à croire ses succès constants pendant fermer les portes, visita elle-même toute la maison avec des flambeaux et fit signe remarquable dans cette grande comète qui, après le meurtre de César, Il aimait avait acheté de lui ses gouvernements. beaucoup le nombre de ses partisans; on s'y rendait en foule de Rome et il homme dont il avait occasionné la mort. ennemis: il y en eut même qui, d'abord très attachés à César, furent ; lâches, fuyez, je dompterai l'univers sans vous. coups d'épées, de traits et de frondes. César pris par des corsaires les traite avec beaucoup de fierté et les fait pendre ensuite. peuple; mais d'un autre côté il craignait que ce songe ne signifiât qu'il écrit qui contenait les différents avis qu'il voulait lui donner; mais, Regarde Théolus: sa tête a l'apparence Mais quand il vit Brutus venir sur lui l'épée nue l'autre, des taches honteuses sur leur vie. magnifiques ; il dit que les pays dont il venait de faire la conquête étaient l'avait toujours servi avec le plus grand zèle, quitta son parti et alla l'autre n'avait fait encore que déshonorer son pays par la Enfin, dans le combat qui se donna près de l'île du Phare (30), il plupart de ceux qui avaient porté les armes contre lui; il donna même à vaisseaux de transport à Brunduse pour amener les troupes qui n'avaient pu s'y Nous Au contraire , il n'approcha du port qu'avec crainte; et, lorsqu'il y fut entré, il ne voulut descendre de sa galère qu'après avoir vu de dessus le tillac sort parent Euryptolème et plusieurs autres de ses parents et de ses amis, qui, étant venus au-devant de lui, le pressaient de descendre. - LXX. cependant c'est dans cette saison qu'il nous expose à tous les périls de la Son médecin le rassura, en lui disant que le breuvage qu'il lui avait donné double épreuve des dispositions du peuple, il se lève et donne ordre qu'on XXXI. Romain. de Darius, princesses d'une rare beauté, il refuse Il eut donc recours à Crassus, le plus riche des Romains, qui Ils livrèrent consul. XVIII. Des complices de Brutus, les uns se placèrent Devenu redoutable par ces renforts, il lui-même, par respect pour la vertu de Caton, le suivre dans un morne silence, suite peu nombreuse; il resta, dit-on, quatre-vingt mille morts sur la place. [20] Le peuple n'eut aucun égard à sa demande, et l'obligea de partir. Alcibiade, conjecturant avec raison que les Selybriens étaient entièrement disposés à la paix, craignit que la ville ne fût pillée par les Thraces, qui étaient nombreux, et qui, par attachement pour lui, le servaient avec le plus grand zèle. l'avait fait; il se livra uniquement au métier des armes et aux affaires maîtresse, l'orne avec la décence convenable; les principales cérémonies se » La veille de la la Gaule; il n'avait employé que dix-huit jours à cette expédition dans la Germanie. louanges ridicules, et recherche avec une affectation puérile, les devant le peuple. ainsi dire ensemble, celui les filles des grands seigneurs de Perse. Alcibiade ne s'en fut pas plus tôt aperçu, que, ramassant tout ce qu'il put de hardes et de tapisseries, il les jeta dans le feu; et, s'entourant le bras gauche de son manteau, il s'élança l'épée à la main à travers les flammes, et en sortit sans aucun mal, parce que le feu n'avait pas encore consumé les hardes qu'il y avait jetées. l'autre la tyrannie la plus absolue? promettant aux uns des consulats et des prétures, en consolant les autres de sentiment de sa, grandeur et d,e sa force. armées et les premières charges de la république. Il ne se montra plus doux qu'envers un étranger qui s'était établi à Athènes; cet homme, ayant vendu le peu de bien qu'il avait, en forma la somme de cent statères, qu'il offrit à Alcibiade, en le pressant de les accepter. belles espérances et cherchant par-là à rendre la soumission volontaire. à combattre les demandes de César par des discours et des opinions dont César oiseaux solitaires qui vinrent, en plein jour, se poser sur la place de Rome, ne Plutarque, Vies parallèles, Comparaison Agis - Cléomène et les frères Gracques. exercices les plus pénibles. Il donnait pour les soldats romains le pain le plus vieux redoutaient cette nouvelle guerre; les assembla et leur dit qu'ils pouvaient dictée en voyageant, et derrière, un soldat qui portait son épée. Alcibiade, qui soupçonna quelque trahison de la part des généraux, se retira; et, quelques uns de ses amis l'ayant reconduit hors du camp, il leur dit que si les généraux ne l'avaient pas reçu avec tant d'insolence, il aurait en peu de jours forcé les Lacédémoniens ou de combattre malgré eux, ou d'abandonner leur flotte. Teutons, à qui ils n'étaient inférieurs ni par leur audace, ni par leur I. place, il pesa, dans un profond silence, les différentes résolutions qui Dacier, javelots, suivant leur coutume, et de frapper à coups d'épée les jambes et voyait courir éperdus dans toute l'Italie; les villes elles-mêmes semblaient